Aujourd’hui s’ouvre le sixième sommet annuel des BRICS à Fortaleza (nord-est du Brésil). Cette rencontre devrait déboucher sur la mise en place d’institutions financières communes par les cinq pays émergents de ce groupe.

Indian Prime Minister Singh, Chinese President Xi, South African President Zuma, Brazilian President Rousseff and Russian President Putin pose for a family photograph during the fifth BRICS Summit in Durban

En clair, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, fondateurs du BRICS, ont pour objectif de créer une banque de développement et un fonds de réserve. Les 5 pays émergents auront du pain sur la planche car il est encore nécessaire de clarifier les détails de l’institution financière en cours de mise en place.

Toutefois, il a déjà été précisé que cette banque aura pour vocation de financer des travaux d’infrastructures. D’après des sources proches du gouvernement brésilien, elle disposera d’un capital de 50 milliards de dollars dans les sept prochaines années, lequel sera financé par les contributions égales des pays membres. Une information contredite par la Russie, qui parle d’un capital initial de 10 milliards de dollars.

 En dehors de cette question, le lieu du siège de cette banque n’a pas encore été déterminé ,alors qu’une source proche de la présidence russe évoque Shanghai (Chine) .L’Afrique du Sud s’est empressée de démentir et n’a pas caché son désir de voir Johannesburg accueillir cette institution.

Pour ce qui du fonds de réserve, il aura pour rôles de protéger les BRICS des fluctuations des marchés des changes et dans le cas d’une crise de leur balance de paiement. Ce fonds devrait atteindre 100 milliards de dollars, avec la Chine comme première contributrice.

Par le biais de cette banque de développement et ce fonds de réserve, les BRICS espèrent offrir une alternative à la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire Internationale (FMI), institutions dans lesquelles les cinq principaux pays émergents estiment être mal représentés.

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*