Covid-19 : Les gouvernements occidentaux s’interrogent sur l’origine du virus

Après plus de 140.000 morts recensés dans le monde, les pays occidentaux, particulièrement meurtris par la pandémie, soupçonnent de plus en plus la Chine d’avoir caché des informations sur l’origine du coronavirus (Covid-19). 

L’origine du coronavirus a fait l’objet d’intenses spéculations hier jeudi. Le chef de la diplomatie américaine, dont l’administration a dénoncé à plusieurs reprises, le manque de transparence de la Chine, a déclaré qu’une enquête exhaustive était en cours sur la façon dont le virus s’est propagé dans le monde. 

Dans un entretien au Financial Times, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’«il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas». Et le Royaume-Uni a averti la Chine qu’elle devrait répondre des «questions difficiles sur l’apparition du virus». 

Le coronavirus est soupçonné d’être apparu dans un marché en plein air de Wuhan où des animaux exotiques étaient vendus vivants. D’origine animale et proche d’un virus présent chez des chauves-souris, il aurait pu s’y transmettre à l’Homme et muter. 

Mais des informations révélées ces derniers jours par des médias américains suggèrent qu’il aurait involontairement «fuité», suite à de mauvais protocoles de sécurité, d’un laboratoire chinois à Wuhan, qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris. 

Il ne s’agirait donc pas d’un agent pathogène créé par Pékin comme l’avancent plusieurs théories du complot largement répandues. La diplomatie chinoise a réfuté toutes ces accusations. 

Depuis son apparition en décembre dans la métropole chinoise de Wuhan, dans le centre de la Chine, le Covid-19 a infecté plus de deux millions de personnes à travers le monde dont la moitié en Europe. 

En plus des 140.000 morts à travers le monde, environ 4,4 milliards d’êtres humains, soit près de 57% de la population mondiale, sont actuellement confinés, sous état d’urgence ou contraints par leurs autorités à rester chez eux, pour tenter de freiner la contagion au coronavirus, avec les conséquences que cela entraîne sur l’économie mondiale. 

Andreï Touabovitch