Le roi Mohammed VI a présidé mardi à Fès, la capitale spirituelle du Maroc, une cérémonie marquant l’achèvement du programme de restauration et de réhabilitation de 27 monuments historiques, dont cinq Medersas, anciennes écoles traditionnelles où était enseigné depuis des siècles, la science et le savoir.

La cérémonie s’est déroulée en présence de la directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) Irina Bokova, et de son homologue de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO), Abdulaziz Othman Altwaijri.

Les travaux de ce grand chantier qui a été lancé en mars 2013, ont été confiés à des maîtres artisans (maâlmine), qui ont réussi grâce à leur habileté et à leur savoir-faire ancestral, à restaurer ces monuments séculaires conformément à leur structure architecturale originale.

L’un des monuments phares de l’ancienne médina de Fès est l’université médiévale Al Quaraouiyine, très connue par son rayonnement culturel dans le monde arabo-musulman et en Afrique subsaharienne, c’est d’ailleurs ce qui explique la présence à cette cérémonie des DG de l’Unesco et de l’ISESCO.

Cette université et ces medersas vont ainsi pouvoir poursuivre leur mission de formation des oulémas et des imams marocains et africains, tout en contribuant à l’essor du secteur touristique dans la médina de Fès.

De nombreux étudiants, imams et des oulémas africains affluent chaque au Maroc pour poursuivre des études et des stages dans les filières islamiques.

Dans les écoles traditionnelles et à l’université Al Quaraouiyine, ces imams et prédicateurs, hommes et femmes, s’initient particulièrement aux fondements de l’islam modéré et ouvert tel que pratiqué au Maroc.

«Très émue», Irina Bokova a exprimé sa «profonde admiration et son respect au Roi Mohammed VI «pour tout ce qu’il fait pour la protection et la préservation du patrimoine mondial».

De son côté, le directeur général de l’Agence pour le Développement et la Réhabilitation de la médina de Fès (ADER), Fouad Serrhini a expliqué que la richesse et la diversité du patrimoine historique de la Médina de Fès, qui compte plus de 30.000 artisans, ont permis à cette cité millénaire d’être le premier site du Maroc classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1981.

 

 

Tags: , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*