Au moins 57 morts dans de violents heurts entre les détenus d’une prison au Brésil

Au moins 57 détenus ont trouvé la mort lundi lors d’affrontements entre gangs rivaux dans une prison du nord du Brésil, pour le contrôle de ce centre pénitentiaire, d’après les autorités locales.

Les heurts survenus au Centre de redressement régional d’Altamira, dans l’Etat brésilien de Pará, ont été d’une rare violence. Pour preuve, 16 des détenus morts ont été décapités. Il est à noter que cette prison se situe au cœur de la forêt amazonienne, une région stratégique où des gangs rivaux se battent pour contrôler le narcotrafic.

«C’est un affrontement entre membres de factions rivales», a confié à la presse une porte-parole du Système pénitentiaire du Pará (Susipe), sans révéler quelles factions étaient impliquées. «Deux gardiens avaient été pris en otages, mais ils ont déjà été libérés», a-t-elle poursuivi.

Des prisonniers issus d’une zone du centre de détention réservée aux membres d’un gang se sont introduits dans une autre section où étaient des détenus d’une faction criminelle rivale, avant de l’incendier. A en croire la porte-parole du Susipe, « il est probable que de nombreux détenus soient morts asphyxiés ».

Selon les responsables pénitentiaires, le Centre de redressement régional d’Altamira, d’une capacité de près de 163 prisonniers, en comptait 343. Au Brésil, nombre de prisons sont surpeuplées.

Andreï Touabovitch

Partager