Vitoria : les victimes des graves violations des droits humains commis par le polisario

Une manifestation en solidarité avec les victimes des graves violations des droits humains commis par le polisario à l’encontre des populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf, en territoire algérien, a été organisée samedi à la place de la constitution à Vitoria Gasteiz. 

Organisée dans le cadre d’une série d’activités et de rencontres tenues tout au long de cette semaine par une délégation de la société civile des provinces du sud du Royaume avec plusieurs responsables de la région autonome du Pays Basque, élus et représentants des autorités locales et régionales pour les éclairer sur les violations flagrantes des droits humains commis par le polisario dans les camps de Tindouf, cette manifestation a été l’occasion de dénoncer ces violations et demander que justice soit rendue aux victimes.

La délégation de la société civile des provinces du Sud du Royaume avait rencontré également à Vitoria Gasteiz, le défenseur du peuple de la communauté autonome du Pays Basque, Manuel Lazertura Rodriguez, qui a dénoncé les crimes « extrêmement graves » commis par le polisario contre les populations sahraouies séquestrées dans les camps de Tindouf, en Algérie.

Manuel Lazertura Rodriguez a indiqué que le dossier qui avait été présenté par le président de l’Association des portés disparus du polisario (APDP), Dahi Aguai, allait être examiné.

L’objectif est d’enclencher des investigations sur les cas de torture et de disparitions forcées perpétrées par le polisario dans les camps de Tindouf, par le défenseur du peuple, une institution dédiée à la défense des droits humains.

Mettant en avant l’expérience d’autonomie réussie du Pays Basque, Lazertura Rodriguez a souligné que l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc et saluée par la communauté internationale, est une solution viable et crédible au différend régional autour du Sahara.

 

Andreï Touabovitch