Coronavirus : Retour progressif à la vie normale en Corée du Sud

Une partie de la population sud-coréenne a repris hier lundi le chemin du travail alors que la veille, dimanche, le pays était passé pour la première fois depuis deux mois sous la barre des 10 contaminations quotidiennes au covid-19. 

Les salles de sport et instituts de cours privés ont été autorisés à rouvrir leurs portes, à condition de continuer à respecter les gestes barrières. Dans ces instituts de soutien scolaire, les élèves doivent s’assoir à un mètre les uns des autres et porter un masque en classe. Leur température est vérifiée avant d’entrer dans le bâtiment. Les mêmes règles doivent être respectées dans les salles de sport. 

Les centres commerciaux, les parcs, les parcours de golf et même certains restaurants ont également rouvert en vertu de l’assouplissement des mesures de distanciation sociale décidé au cours du week-end dernier par les autorités. Les lieux de culte ont également été autorisés à rouvrir leurs portes, toutefois, les musées et les écoles restent fermés.

Les examens d’embauche à grande échelle, organisés par les conglomérats, vont pouvoir reprendre. De nouvelles sociétés ont mis fin ou levé partiellement leur politique de télétravail comme le groupe de pétrochimie et de batteries SK Innovation, dont 80% de ses 1.500 salariés vont reprendre le travail cette semaine, ou encore la société Naver, qui gère le principal portail web du pays. Mais des horaires de travail souples et une limitation des déplacements ou des « réunions physiques » sont toujours de rigueur. 

La Corée du Sud, premier pays à avoir fait face à une flambée épidémique majeure hors de Chine, est considérée comme un modèle de lutte contre l’épidémie de Covid-19 avec un bilan de 236 morts depuis le début de la pandémie. Dimanche, le pays ne comptait que treize nouveaux cas de contamination, dont sept venus de « l’extérieur » (voyageurs ou Coréens rapatriés). 

Mais la poursuite des contaminations, même si elle s’effectue à un rythme ralenti, pousse à la prudence des autorités sud-coréennes qui redoutent une seconde vague qui obligerait le pays à décréter un confinement qu’il a réussi pour le moment à éviter. Les autorités sud-coréennes ont annoncé dimanche que les mesures de distanciation sociale seraient prolongées de 16 jours. 

Andreï Touabovitch

Partager