La diplomatie russe a annoncé samedi la nomination de l’acteur américain Steven Seagal en tant que «représentant spécial du ministère russe des Affaires étrangères, chargé des liens humanitaires russo-américains».

Dans leur communiqué diffusé sur Facebook, les autorités russes précisent que sa mission de l’ancienne star américaine de films d’action qui détient la nationalité russe depuis 2016, est d’«assister au développement des relations russo-américaines dans le domaine humanitaire, y compris dans le domaine de la culture et de l’art», et des échanges entres la jeunesse des deux pays. Pour ce poste qui ressemble à celui d’ambassadeur de bonne volonté de l’ONU, Steven Seagal ne percevra aucun salaire.

Les Russes réalisent un joli coup de communication avec cette nomination, alors que les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide, en raison principalement des divergences persistantes sur le conflit en Syrie, l’Ukraine ainsi que des accusations d’ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016, accusations que la Russie rejette en bloc, malgré l’insistance de nombreuses agences de renseignement américaines.

Ceinture noire d’aïkido, Steven Seagal s’est rendu célèbre dans les années 1990 pour ses films d’action à succès, dont Nico et Piège en haute mer. Il s’est vu accorder la nationalité russe par le président Vladimir Poutine en novembre 2016 et depuis apparaît régulièrement à la télévision russe pour exprimer son avis ou parler de sa carrière.

Les accusations d’abus sexuels portées à son encontre en novembre 2017 par l’actrice Portia de Rossi dans le sillage de l’affaire Harvey Weinstein, n’ont pas suffi à empêcher Moscou de lui offrir son nouveau poste.

Steven Seagal a salué cette nomination, se réjouissant à la chaîne d’information russe Russia Today (RT) de l’opportunité qui lui était offerte d’améliorer officiellement les relations entre la Russie et les Etats-Unis.

 

Tags: , ,

Les commentaires sont fermés

Désolé, vous ne pouvez pas laisser un commentaire pour cet article.