Espionnage : Huawei porte plainte contre l’administration américaine

Soupçonné d’espionnage par les Etats-Unis, le géant chinois des télécoms Huawei a réagi en portant plainte auprès d’un tribunal de la ville texane de Plano, contre l’administration américaine pour avoir interdit l’achat de ses équipements par l’ensemble de ses services.

La plainte de Huawei concerne l’interdiction faite aux services fédéraux américains d’acheter les équipements de la multinationale chinoise, ou de collaborer avec des entreprises tierces qui figurent parmi sa clientèle.

«Le Congrès américain n’a jamais pu fournir la moindre preuve pour justifier ses restrictions visant les produits Huawei. Nous sommes contraints de prendre cette action en justice en dernier recours», a expliqué dans un communiqué, Guo Ping, l’un des dirigeants tournants de Huawei.

«Si cette loi est retirée, comme il se doit, Huawei pourra apporter aux Etats-Unis des technologies plus avancées et les aider à construire les meilleurs réseaux 5G», a-t-il poursuivi, précisant son groupe allait demander à être dédommagé à cause des limites «inconstitutionnelles» le visant.

D’après le gouvernement américain, le Parti communiste aux commandes de la Chine pourrait se servir des équipements de Huawei pour espionner d’autres Etats ou perturber des communications.

Ainsi, les autorités américaines ont refusé à Huawei de prendre part au déploiement de la 5G aux Etats-Unis. Cette crainte se justifie par une loi contraignant les groupes dont le siège social est sur le sol chinois à apporter une aide technique aux services de renseignement.

Andreï Touabovitch

Partager