Greenpeace juge la transition vers 100% d’énergies renouvelables plus économique et créatrice d’emplois

green-peace-energie-renouvelableL’ONG Greenpeace affirme dans un rapport diffusé ce lundi, que le fait de renoncer totalement aux énergies fossiles d’ici à 2050 au profit des énergies renouvelables créerait des millions d’emplois dans le monde et serait compétitif en termes de coûts. En gros, l’investissement nécessaire pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables serait plus que couvert par les économies futures.

Ce rapport intitulé « Energy (R) Evolution 2015 – 100% renewable energy for all » (100% d’énergies renouvelables pour tous) a été élaboré avec le Centre aérospatial allemand. Il estime à 1 600 milliard de dollars par an les investissements pour permettre l’abandon du charbon, du pétrole, du gaz et du nucléaire pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050. Ce montant, qui équivaut au Produit Intérieur Brut annuel de la Corée du Sud ou de l’Australie illustre l’ampleur du travail à abattre pour arriver à ce résultat. D’autant plus que l’énergie produite actuellement dans le monde provient à 80% de combustibles fossiles.

Mais les auteurs de l’étude parue ce lundi se veulent confiants. Certes, à court terme, les technologies nécessaires pour les énergies renouvelables « augmentent légèrement le coût de la production d’électricité ». Mais ils estiment que les industries solaire et éolienne sont arrivées à maturité et sont compétitives avec le charbon en termes de coûts et qu’elles peuvent dépasser l’industrie du charbon en termes d’emplois et de fourniture d’énergie dès la prochaine décennie. Ils estiment même que dans quelques pays comme la Chine et l’Inde, le scénario proposé dans leur rapport pourrait être économique dès le départ et meilleur marché que les sources d’énergie conventionnelles d’ici à 2020. De plus, ils sont convaincus que le passage à 100% d’énergies renouvelables aboutira à la création de plusieurs millions d’emplois.

Francis Shwarz

Francis Shwarz

ancien Senior Consultant spécialisé dans les questions de stratégie économique au sein de la société Boston Consulting Group (BCG), et ancien manager au sein du groupe spécialisé dans les services pétroliers Schlumberger. en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *