poste-frontiere-canada-usaLa police canadienne a annoncé mardi que 22 migrants sont passés, au cours du week-end dernier et en pleine tempête de neige, des Etats-Unis au Canada afin d’y demander l’asile.

Après des heures de marche, ces migrants, de nationalité somalienne à majorité, ont franchi à pied la frontière entre les Etats-Unis et le Canada à proximité du village d’Emerson, situé à 120 km au sud de Winnipeg (Manitoba, centre).

Ils ont décidé d’aller au Canada après que le président américain Donald Trump ait signé, le 27 janvier dernier, un décret interdisant provisoirement l’entrée sur le sol américain des citoyens de sept pays à majorité musulmane (Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) et de l’ensemble de leurs réfugiés.

La justice américaine a suspendu momentanément vendredi dernier, la mise en œuvre de cette ordonnance présidentielle, ce qui a poussé la Maison Blanche à faire appel de cette décision.

Sur le sol canadien, ces demandeurs d’asile ont été recueillis par la police fédérale. Après avoir été hébergés dans la salle municipale d’Emerson durant quelques heures, ils ont initié les démarches visant à obtenir l’asile.

«Ils nous appellent habituellement lorsqu’ils sont perdus ou qu’ils ont froid», a confié à la presse, Paul Manaigre, un agent de la Gendarmerie royale du canada (GRC) au poste-frontière d’Emerson. Des responsables municipaux d’Emerson ont déclaré aux médias locaux, que les arrivées de migrants, pour la plupart en situation administrative irrégulière aux Etats-Unis, ont beaucoup augmenté au Manitoba.

 

Tags: , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*