La Cour suprême américaine a rejeté lundi, une requête du gouvernement américain, l’invitant à se prononcer dans l’immédiat sur le programme lancé par l’administration de Barack Obama pour protéger d’une expulsion, d’environ 700.000 «Dreamers» (rêveurs), ces jeunes entrés de manière illégale sur le territoire américain.

Si jamais le Congrès n’arrive pas à un accord sur cette question, la situation de ces «rêveurs», qui ont obtenu l’accès au marché de l’emploi et à la scolarité sous le précédent gouvernement, pourrait demeurer instable. Il faudra compter quelques mois jusqu’à ce que les instances judiciaires tranchent définitivement sur ce dossier.

En clair, le président américain, Donald Trump a commencé par abroger ce programme nommé DACA (Deferred Action for Childhood Arrival). Puis, il a demandé au Congrès de régler cette question de manière définitive avant le 5 mars, avant que la décision ne soit suspendue par un juge fédéral.

Il est à noter que, contrairement au souhait du chef d’Etat américain, la Cour suprême n’a pas voulu prendre en charge ce dossier à ce niveau. Cette instance a jugé qu’il revenait d’abord à la Cour d’appel de trancher.

En réaction, la présidence américaine a répété être convaincue que le DACA est «illégal», appelant à prendre une décision rapidement.

 

Tags: , , , ,

Les commentaires sont fermés

Désolé, vous ne pouvez pas laisser un commentaire pour cet article.