La Corée du Sud et les Etats-Unis suspendent leurs exercices militaires conjoints

Trois jours après le deuxième sommet entre le président américain, Donald Trump et son homologue nord-coréen, Kim Jong-un, qui s’est pourtant soldé par un échec, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé l’arrêt de leurs exercices militaires massifs, organisés chaque printemps dans la péninsule coréenne, dans une volonté apparente de poursuivre le processus de dénucléarisation.

Le ministère sud-coréen de la Défense a annoncé dans un communiqué, la fin des manœuvres militaires baptisés «Key Resolve», qui avaient lieu généralement en mars et consistaient en un exercice de simulations informatiques sur une dizaine de jours,  et «Foal Eagle», un vaste exercice de terrain qui avait lieu généralement au printemps et mobilisait des centaines de milliers de soldats sud-coréens et américains.

Ces manœuvres militaires suscitaient chaque année la colère de Pyongyang qui y voyait une répétition générale d’une invasion de la Corée du Nord qui  encore techniquement en guerre avec le voisin du Sud.

Séoul a bien précisé que l’annulation de ces exercices vise à «soutenir les efforts diplomatiques pour parvenir à une dénucléarisation complète de la péninsule».

Dans le même temps, Washington a confirmé la fin du survol de ses bombardiers sur la péninsule. Key Resolve et Foal Eagle seront remplacés par des manœuvres plus limitées « afin de préserver une solide préparation militaire » des forces stationnées en Corée du Sud.

L’année dernière déjà, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient annulé des exercices conjoints menés en été et en hiver. La nouvelle décision annoncée hier dimanche, s’inscrit manifestement dans le même cadre d’un maintien de l’élan du dialogue avec Pyongyang malgré le fait que la rencontre, très attendue, à Hanoï au Vietnam en milieu de semaine dernière entre le président américain et le dirigeant nord-coréen n’ait abouti sur aucun accord.

Andreï Touabovitch