Israël : climat de violences à Jérusalem et en Cisjordanie occupée

Jérusalem et la Cisjordanie sont plongés dans un nouveau cycle de violences, après une attaque à la voiture-bélier qui a notamment blessé une dizaine de soldats israéliens dans la Ville sainte, et des tirs de soldats israéliens qui ont provoqué la mort de deux Palestiniens en Cisjordanie occupée. 

Selon le ministère palestinien de la Santé, deux Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens lors de heurts à Jénine, en Cisjordanie. Par ailleurs, un homme a été tué dans la vieille ville d’Al Qods occupée (Jérusalem) après avoir ouvert le feu contre des soldats israéliens. 

Selon la police israélienne, l’homme abattu serait connu des services de police et habitait dans le nord d’Israël. Dans un autre incident, un Israélien a été blessé légèrement par des tirs à partir d’une voiture, à un carrefour près de Ramallah, en Cisjordanie occupée. 

Les heurts en Cisjordanie ont éclaté après la démolition par les militaires de la maison d’Ahmed Qanbah, un Palestinien membre d’un commando ayant mené une attaque en 2018 qui a tué un rabbin près de Naplouse selon l’armée israélienne. 

Mais le point de départ de ce nouveau cycle de violences remonte à la nuit de mercredi à jeudi, avec une attaque à la voiture bélier dans le centre de Jérusalem qui avait fait 14 blessés, dont 12 soldats. L’armée israélienne a annoncé hier après-midi l’arrestation du suspect de cette attaque. 

Ces violences interviennent dans le sillage de la présentation le 28 janvier dernier par le président américain Donald Trump, grand allié d’Israël, d’un plan de paix salué en Israël et dénoncé par les Palestiniens car jugé très partial. 

Depuis l’annonce de ce plan, des manifestations ont lieu chaque jour dans les Territoires palestiniens, notamment à Hébron, ville de Cisjordanie où un Palestinien avait été tué mercredi par des tirs des forces israéliennes. 

Andreï Touabovitch

Partager