Washington accuse Moscou de désinformation sur le coronavirus

Des milliers de comptes liés à Moscou sur Facebook, Instagram et Twitter diffusent de la désinformation sur le coronavirus aux Etats-Unis, ont indiqué des responsables américains.

Cette campagne de désinformation et de propagation de théories du complot aurait débuté le mois dernier, alors que l’épidémie du coronavirus n’avait tué que quelques personnes en Chine. De l’avis de beaucoup de spécialistes, cette campagne russe fait écho aux pratiques du KGB visant à faire croire, durant la Guerre froide, que le VIH avait été inventé par des savants américains.

Les théories diffusées comprennent l’idée que le coronavirus ait été créé par Washington pour dans le cadre de la «guerre économique à la Chine», qu’il s’agit d’une arme biologique mise en point par la CIA, ou qu’il entre dans une stratégie occidentale de «messages anti-Chine».

«Le but de la Russie est de semer la discorde et d’affaiblir de l’intérieur les institutions des Etats-Unis et leurs alliances, y compris au travers de campagnes souterraines et pernicieuses», a soutenu Philip Reeker, sous-secrétaire d’Etat en charge de l’Europe et de l’Eurasie.

En réaction, Moscou a nié mener une campagne de désinformation sur le coronavirus. «C’est une histoire délibérément fausse», a assuré Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, citée par l’agence de presse publique TASS.

D’après les responsables du département d’Etat en charge de combattre la désinformation russe, des comptes aux identités d’individus fictifs répètent des lignes d’attaques russes contre les Etats-Unis, tant en anglais qu’en diverses autres langues, dont l’allemand, l’espagnol, le français et l’italien.

Andreï Touabovitch

Partager