Donald Trump brandit la menace d’une rupture des relations des USA avec la Chine

Dans un entretien à Fox Business diffusé hier jeudi, le président américain Donald Trump a menacé de rompre toute relation des Etats-Unis avec la Chine, à qui il reproche le lourd bilan du Covid-19, près de 300.000 morts à travers le monde, qui aurait pu être évité selon lui si ce pays avait agi de manière responsable dès l’apparition du virus. 

Donald Trump, qui avait évoqué ces derniers jours la possible instauration de taxes douanières punitives, s’est dit « très décu » de l’attitude de Pékin et a rejeté l’idée de s’entretenir directement avec son homologue Xi Jinping pour apaiser les tensions. Il assure au contraire qu’une rupture des relations commerciales avec la Chine ferait économiser aux Etats-Unis 500 milliards de dollars. 

L’escalade verbale entre les deux premières puissances économiques ne semble pas connaître de temps mort. Critiqué aux Etats-Unis pour son manque d’empathie vis-à-vis des victimes, Donald Trump doit briguer le 3 novembre un deuxième mandat et avait fait de la bonne santé de l’économie de son pays, l’un de ses principaux arguments de campagne. L’effondrement de celle-ci à cause de la pandémie du coronavirus a amené l’administration Trump a désigner un coupable, la Chine.

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo a déploré hier jeudi que «la Chine continue de faire taire les critiques, les journalistes et les citoyens et de répandre la désinformation». 

Des sénateurs du camp républicain ont présenté mardi une proposition de loi qui donnerait au président le pouvoir d’imposer des sanctions à la Chine si elle ne contribuait pas en toute transparence, à faire la lumière sur l’origine de la maladie. Ce mercredi, Washington a accusé Pékin de tenter de pirater la recherche américaine sur un vaccin contre le nouveau coronavirus. 

De son côté, Pékin réfute toutes les accusations à son encontre, affirmant avoir transmis le plus vite possible toutes les informations à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à d’autres pays, dont les Etats-Unis, et a qualifié de «diffamation», les accusations américaines de piratage. 

Andreï Touabovitch