Selon l’Economic Policy Institute, le déficit commercial entre les USA et la Chine a entraîné soit la délocalisation soit la suppression de 2,7 millions de postes américains ou plus. Une situation qui serait principalement due à la dépréciation de la monnaie chinoise.

L’Economic Policy Institute, basé à Washington, est un organisme à but non lucratif qui analyse les différents faits qui affectent la situation économique des ménages américains à faibles ou moyens revenus. De ce fait, l’emploi constitue, bien entendu, un de ses axes phares de recherche. Dans le détail, l’institut révèle que 2,1 millions de ces postes supprimés ou délocalisés, donc 77 % par rapport au total, se situent dans le secteur manufacturier. Et, les auteurs de l’investigation n’hésitent pas distribuer les responsabilités : l’Economic Policy Institute pense que la dépréciation volontaire du yuan cause cette situation. Les autorités chinoises auraient couramment recours à cette pratique pour tirer quelconques avantages lors des exportations. Selon cet ONG, le yuan est sous-évalué de 33 % en comparaison au dollar américain.

Mais, si l’Economic Policy Institute cite nommément Pékin, la diplomatie américaine s’est toujours gardée de le faire si ouvertement. Et, ce, depuis 1994 et indépendamment du parti au pouvoir. Par conséquent, le déficit commercial USA – Chine ne fait que croître : il a atteint 295 milliards de dollars américains en 2011. Mais, bientôt, les donnes pourraient changer. Le républicain Mitt Romney, candidat à la présidentielle américaine, s’est engagé à dénoncer publiquement le comportement financier de la Chine au cas où il accéderait aux commandes.

 
 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*