Le « Square Kilometre Array » (SKA)  est un vaste projet dans l’astronomie. Il s’agit de mettre en place le plus grand et le plus sensible radiotélescope du monde. L’Afrique du Sud a posé sa candidature pour abriter le site de ce grand projet.

Alors que cette semaine est décisive pour ce projet, Pretoria met en avant ses atouts. Le SKA, qui sera plus sensible que tous les radiotélescopes actuels, aura la capacité d’avoir plusieurs champs de visions à la fois. Les astronomes pourront donc observer différents endroits du ciel et détecteront jusqu’aux noyaux galactiques, recelant d’indications sur l’origine de la Terre. Ce projet est évalué à 2 milliards de dollars américains. C’est pourquoi la bataille pour l’accueillir est rude entre l’Afrique du Sud  et l’Australie. Pour faire sa promotion, l’Afrique du Sud argumente que c’est un projet africain. En effet, neuf pays du continent sont associés à l’initiative du SKA. Elle mise aussi sur le site d’accueil. C’est au niveau de Karoo, une aire presque désertique. L’Afrique du Sud affirme qu’il n’y a presqu’aucune interférence radio à cet endroit. En outre, son altitude est élevée, tout au moins comparé au site que l’Australie propose.

Le pays de Nelson Mandela joue également sur la main d’œuvre. En Afrique du Sud, le coût de construction du SKA sera moindre par rapport à son concurrent. Enfin, l’Afrique du Sud étant un peu mieux située que l’Australie dans la communauté internationale, cet atout est aussi utilisé comme facteur de séduction. Alors, qui des deux gagnera ? En tout cas, l’Afrique du Sud a un moral de vainqueur. Elle a déjà commencé à former des astronomes. Le SKA devrait être opérationnel en 2020.

 
 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*