Lors d’une interview accordée à CNN, l’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley a averti que l’ONU avait « épuisé » toutes les options à sa disposition face à la question nucléaire dans la péninsule coréenne, faisant planer la menace d’une réaction militaire.

Le ministre sud-coréen de la Défense Song Young-moo a déclaré que, lundi, deux bombardiers américains B-1B et quatre chasseurs américains F-35 partis de Guam et du Japon ont pris part à des exercices de bombardement, et ils ont été rejoints pour l’occasion par quatre chasseurs sud-coréens F-15K.

Selon le ministre, ces exercices conjoints sont menés « deux à trois fois par mois actuellement », bien qu’il s’agisse des premiers vols américains dans la région depuis que le régime nord-coréen a réalisé un sixième essai nucléaire le 3 septembre et envoyé un missile balistique au-dessus du Japon vendredi dernier.

Dans le même temps, la Chine et la Russie, plus proches de la Corée du Nord mais qui ont malgré tout voté la semaine dernière avec le reste du Conseil de sécurité de l’ONU un huitième train de sanctions économiques contre Pyongyang, ont entamé des manœuvres militaires conjointes dans des eaux situées non loin de la Corée du Nord. Le ministère chinois de la Défense n’a pas précisé l’objectif et la durée des manœuvres de cette semaine.

Le ton monte dans la région et la Corée du Nord devrait être au centre des débats à l’ONU. Dimanche dernier, la Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis et la Corée du Sud ont convenu de renforcer leur pression sur la Corée du Nord suite à son dernier test de missile.

 

Tags: , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*