Israël dénonce une augmentation des attaques antisémites dans le monde

Le ministère israélien de la Diaspora de Naftali Bennett a dénoncé dans un rapport sur l’antisémitisme dans le monde publié hier dimanche une hausse des attaques antisémites dans le monde, imputés à des néo-nazis ou des suprémacistes blancs, avec 13 juifs assassinés en 2018 dans trois de ces attaques.

Les 13 juifs tués qui y sont mentionnés sont les 11 victimes de la fusillade de Pittsburgh, aux Etats-Unis, contre une synagogue en octobre, Mireille Knoll, une juive octogénaire tuée à Paris en mars et un étudiant juif assassiné en Californie par un néo-nazi.

Le rapport présente les 13 juifs assassinés l’année passée comme un chiffre record depuis les attentats contre la communauté juive en Argentine dans les années 1990.

Le rapport affirme également que les actes antisémites ont augmenté de 69% en France tandis que le nombre d’incidents antisémites en Grande-Bretagne a atteint un record historique. Ces actes ont été alimentées , notamment sur le Toile, par le transfert en 2018 de l’ambassade américaine à Jérusalem et les manifestations palestiniennes le long de la frontières entre Gaza et Israël.

Selon Naftali Bennett, Israël devrait «aider les millions de juifs de la diaspora qui sont confrontés à de plus en plus de crimes antisémites». Ce rapport sur l’antisémitisme dans le monde a été présenté en Conseil des ministres à l’occasion de la Journée internationale dédiée aux victimes de la Shoah.

Selon le Centre Simon-Wiesenthal, depuis 2001, 105 anciens nazis ont été condamnés pour leur participation à la Shoah et quatre procédures sont encore en cours.

Mohamed El Abdi