En 20 ans de règne, le Roi Mohammed VI a réussi des réformes transversales

En deux décennies, le Roi Mohammed VI dont le Maroc célèbre les 20 ans de règne, a mené un train de réformes transversales sur les plans politique, économique et sociétal, dont les résultats sont visibles aujourd’hui et impactent durablement les transformations futures dans le pays.

Sur la plan politique, l’ouverture sur les islamistes a été marquée par l’arrivée au gouvernement, en 2011, du Parti de la Justice et du Développement. Une ouverture intervenue dans la foulée de l’adoption d’une nouvelle Constitution qui accorde de larges prérogatives au Chef du gouvernement.

Outre la réforme de la Moudawana (Code du Statut personnel) qui accorde à la femme d’importants droits au sein de la famille et dans la société, la reconnaissance et la promotion de l’amazigh comme composante linguistique et culturelle du Maroc, a marqué une rupture avec le passé.

En économie, les deux dernières décennies ont été marquées par les grands chantiers structurants. L’une des plus emblématiques réalisations est le port Tanger Med, porte-drapeau de l’émergence économique du Maroc. C’est aussi le plus grand port en Afrique devenu, depuis peu, un passage incontournable pour les porte-conteneurs géants traversant la méditerranée.

Le TGV, le programme autoroutier, les ports et aéroports, la poursuite de la politique des barrages, le programme d’énergie solaire et éolienne, etc. sont autant de points marquants de cette politique de réformes.

Dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, la gouvernance sécuritaire est portée par une action antiterroriste préventive, qui a montré ses preuves avec le démantèlement de dizaines de cellules djihadistes préparant des opérations violentes ou sur le point de passer à l’acte.

Parallèlement à cette vigilance sécuritaire, le Souverain marocain, en sa qualité de Commandant des Croyants (Amir Al Mouminine) a mené une importante réforme du champ religieux. L’une des meilleures illustrations est l’Institut Mohammed VI des imams de Rabat, qui enseigne à des centaines de prédicateurs et prédicatrices venus de divers pays d’Afrique et d’Europe les fondements de l’islam ouvert et tolérant.

Andreï Touabovitch

Partager