Le Lesotho suspend sa reconnaissance de la rasd et inflige un dur revers au polisario

C’est un coup dur que vient d’encaisser le polisario, venant du Lesotho, l’un de ses alliés de la première heure en Afrique et qui a suspendu sa reconnaissance de la rasd, la fumeuse république du Sahara autoproclamée par le polisario avec le soutien de l’Algérie.

L’information est tombée vendredi 4 octobre dans une note du ministère des Affaires étrangères et des Relations internationales du Lesotho, qui officialise ainsi sa décision de « suspendre toutes déclarations ou décisions » se rapportant au statut du Sahara et à la rasd.

La décision du Lesotho, Royaume enclavé dans le territoire de l’Afrique du Sud, ne s’arrête pas là. Elle acte aussi son engagement à « soutenir activement le processus politique mené par les Nations unies ». Il s’agit là d’une revendication constante du Maroc, pour qui le règlement de la question du Sahara doit rester du ressort exclusif de l’ONU.

En tournant le dos au front séparatiste du polisario, dont il avait reconnu la république théorique en 1985, le Lesotho s’engage également à ce qu’une « neutralité positive soit désormais observée dans toutes les réunions sous-régionales, régionales et internationales » qui traitent du conflit régional du Sahara.

Cette décision intervient après un entretien téléphonique, vendredi, entre le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, et son homologue du Lesotho, Lesego Makgothi.

Après la Zambie en 2016, le polisario perd ainsi un autre allié en Afrique australe, et voit ses soutiens en Afrique se rétrécir comme peau de chagrin autour du duo formé par l’Afrique du Sud et l’Algérie.

 

Andreï Touabovitch