Alors que le conflit s’envenime depuis plusieurs jours entre la Turquie et les rebelles du PKK, l’offensive conduite  par l’armée turque, depuis mercredi  dans le nord de l’Iraq, a des répercussions  sur le quotidien  des habitants de la petite ville de Shila Diza. Déterminée à venir à bout des rebelles du PKK, l’armée turque aurait envoyé près de 10 000 soldats d’élites dans le cadre des opérations massives sur terre et par air dans le nord de l’Iraq et en Turquie, même si, Ankara a toujours affirmé que les opérations étaient principalement menées en territoire turc. C’est ainsi que les habitants de Shila Diza, une ville d’environ 10 000 habitants dans la région isolée  de  Dohouk au nord de Bagdad, peuplée en majorité par des Kurdes,  subissent les retombées de cette riposte car ils ne peuvent plus traverser les montagnes  situées au nord de la ville pour accéder à leurs fermes proche de la frontière et leur quotidien s’en trouve profondément  affecté.
En effet, les habitants ont affirmé se sentir  très souvent menacés en entendant des tirs et ont à plusieurs reprises exprimé leur désir de voir le PKK quitter l’Iraq afin que les villages frontaliers détruits ou délaissés puissent être reconstruits et que  la vie devienne à nouveau normale dans cette région. Par ailleurs, ils craignent d’être pris pour cible dans ce conflit du fait de leur appartenance à la communauté kurde et en appelle à la Turquie, au PKK et au gouvernement irakien de trouver des solutions pour protéger les populations civiles de Shila Diza. Cette vague de tension pourrait entrainer un sentiment hostile envers la Turquie du fait que certains  habitants estiment que la Turquie représente l’ennemi car c’est elle qui bombarde.
 

Tags: ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*