La justice américaine inculpe quatre officiers chinois pour le piratage d’Equifax

Quatre agents de nationalité chinoise ont été inculpés pour le piratage de données personnelles de l’agence de crédit Equifax, ont annoncé lundi les autorités américaines. 

Non élucidée jusqu’ici, cette opération avait affecté près d’un citoyen américain sur deux en 2017.

C’est «l’un des plus gros piratage de données de l’histoire», a affirmé devant la presse, le secrétaire américain à la Justice, Bill Barr. En effet, 145 millions de personnes ont été victimes de cette opération sur le sol américain. En outre, une partie de la clientèle d’Equifax, basée au Canada et au Royaume-Uni, avait été également touchée.

Au bout de deux ans d’investigations, les autorités américaines ont inculpé la semaine dernière à Atlanta, les agents chinois Wu Zhiyong, Wang Qian, Xu Ke et Liu Lei pour association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude informatique, de l’espionnage économique et une fraude aux communications. 

Ces quatre personnes, qui font partie d’une unité de recherche des forces armées chinoises, sont dans leur pays et ne peuvent donc pas être interpellées. 

En clair, ces hackers ont profité d’une faille dans un logiciel employé par Equifax sur son portail de résolution des litiges. Après être entrés dans le système informatique de cette agence spécialisée dans la collecte des informations personnelles de consommateurs demandant un crédit, ils auraient pris les noms, dates de naissance et numéros de sécurité sociale de 147 millions d’Américains ainsi que les numéros de permis de conduire de 10 millions de personnes au minimum.

Andreï Touabovitch