Coronavirus : Le président brésilien brave les restrictions prônées par son gouvernement

Le chef d’Etat brésilien Jair Bolsonaro a fait fi dimanche, des recommandations de son propre Exécutif pour endiguer l’épidémie de coronavirus, en allant à la rencontre des habitants de Brasilia et en déclarant que le pays « ne peut pas s’arrêter ».

« Ce que j’ai pu discuter avec les gens, c’est qu’ils veulent travailler. Ce que je dis depuis le début, c’est faisons attention, les plus de 65 ans restent à la maison», a confié Jair Bolsonaro à un vendeur ambulant, d’après une vidéo diffusée dimanche sur son compte Twitter.

« La mort est là, si Dieu le veut. Mais nous ne pouvons pas rester là à attendre, il y a des craintes, car si on ne meurt pas de la maladie, on meurt de faim », lui a rétorqué son interlocuteur. «Tu ne vas pas mourir», a réagi le président d’extrême-droite, sur un ton rassurant.

Sur ces images, Jair Bolsonaro va à la rencontre des habitants, de commerçants et sympathisants dans les artères de la capitale brésilienne ou à l’extérieur de son domicile officiel.

Pourtant, la veille, son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, avait martelé sur l’importance du confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus qui a  déjà contaminé 3.904 personnes et causé 101 décès, d’après les dernières statistiques de ses services.  

Le président brésilien a toujours minimisé la pandémie de Covid-19, qu’il qualifiait de «petite grippe». Dans cet ordre d’idées, il a décrié les mesures de confinement adoptées dans les Etats de Sao Paulo et Rio de Janeiro, qui sont les plus affectés par le coronavirus dans le pays.

Mohamed El Abdi