Le confinement se met en place au Brésil malgré l’avis contraire du président Bolsonaro

Suite à la pandémie de Covid-19, 60 % des Brésiliens se sont confinés d’eux-mêmes, bien que leur président, Jair Bolsonaro les a encouragé à aller au travail. 

Par ailleurs, une bonne partie des gouverneurs des Etats du Brésil, ont décrété le confinement, défiant ainsi le chef d’Etat brésilien.

Jair Bolsonaro a toujours banalisé la crise sanitaire actuelle. A titre illustratif, le président d’extrême-droite appelait le week-end dernier les Brésiliens à aller au travail et s’est même prêté à un bain de foule, estimant que le pays ne peut s’arrêter en raison d’une «petite grippe». 

Pourtant, Le bilan des victimes du coronavirus au Brésil s’élevait mercredi 1er avril à 244 morts, un effectif qui a quintuplé en l’espace d’une semaine.

De leur côté, les Brésiliens, dont près de deux tiers observent le confinement d’après une enquête, semblent plutôt suivre les consignes de leurs gouverneurs. 

Parmi ces derniers, Joao Doria, gouverneur de l’Etat de Sao Paulo et qui y a ordonné un confinement strict, en appelant clairement lundi dernier, ses 44 millions d’administrés à ne pas suivre les recommandations du président Bolsonaro. 

A présent, 24 des 27 Etats brésiliens ont limité la circulation et instauré la distanciation sociale. Ces mesures touchent donc plus de 200 des 210 millions d’habitants que compte le pays.

Andreï Touabovitch

Partager