Washington tente un coup de poker à l’ONU pour valider les sanctions contre l’Iran

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a demandé de manière officielle jeudi au Conseil de Sécurité de l’ONU, le rétablissement des sanctions contre l’Iran auquel il reproche d’enfreindre les clauses de l’accord sur le nucléaire conclu en 2015. 

De l’avis de nombre d’observateurs, cette démarche devrait se solder par un échec vu que les Etats-Unis se sont désengagés de cet accord en 2018.

«Les Etats-Unis font part de cette notification au Conseil de Sécurité, uniquement après les efforts substantiels des Etats membres pour remédier aux manquements significatifs de l’Iran» notamment l’enrichissement d’uranium au-delà des seuils fixés par l’accord sur le nucléaire iranien, a souligné le ministre américain des Affaires étrangères, Pompeo qui était en mission à New York.

Les quinze membres du conseil de sécurité disposent d’un délai de dix jours pour finaliser éventuellement une résolution s’opposant à la démarche des Etats-Unis. 

Bon nombre d’experts estiment inévitable une confrontation entre Washington et ses alliés à l’ONU. Dans le même ordre d’idées, cette demande américaine de «snapback», c’est-à-dire un retour aux conditions de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, devrait donner lieu à une bataille entre Washington d’une part et Moscou et Pékin d’autre part.

Andreï Touabovitch