La Russie annonce avoir avancé à grand pas dans la course aux armes hypervéloces

La Russie a annoncé hier mercredi, jour anniversaire de son président Vladimir Poutine qui fêtait ses 68 ans, avoir testé « avec succès » un nouveau missile de croisière hypersonique. Le Zircon, du nom d’un minéral utilisé pour la joaillerie, a été lancé mardi dernier depuis la Mer Blanche, dans l’Arctique russe, par la frégate Amiral Gorchkov. 

En visioconférence, le chef d’Etat-major russe Valéri Guérassimov a annoncé que Zirkon a atteint son objectif, une cible maritime située à 450 kilomètres dans la mer de Barents en moins de 5 minutes, atteignant une vitesse de Mach 8.  

En mars 2018, Vladimir Poutine dévoilait un projet de missiles hypersoniques, qui se déplacent à une vitesse plusieurs fois supérieure à la vitesse du son, qui suivent une trajectoire plus basse et plus aplatie que les missiles balistiques. Leur déplacement est également moins prévisible. 

Il a dévoilé le développement de nouveaux missiles lors d’une adresse au parlement en février 2019, en assurant que ceux-ci pourraient viser des cibles en mer et sur terre à une distance de 1 000 kilomètres et atteindre une vitesse de Mach 9. 

Parmi ces armes figurent des missiles balistiques intercontinentaux, d’autres hypersoniques ou encore des missiles de croisière à propulsion nucléaire Bourevestnik. L’an dernier, Moscou a également déployé ses premiers missiles hypersoniques à capacité nucléaire.

Sur fond de tensions envenimées avec l’Occident et notamment Washington, notamment avec l’expiration en février prochain du nouveau traité START de limitation des arsenaux nucléaires des deux pays, le président Vladimir Poutine a souligné que la Russie serait bientôt en mesure de contrer les armes hypersoniques développés par d’autres pays, notamment les Etats-Unis. 

Mais la Russie n’est pas seule dans cette course aux armes hypervéloces. La Chine, les Etats-Unis et l’Europe mettent aussi au point des missiles hypersoniques. L’an dernier, pour les 70 ans du régime communistes, la Chine a dévoilé lors du défilé militaire organisé pour les 70 ans du régime communiste un arsenal hypersoniques composé de drones, de missiles et de planeurs. 

En janvier dernier, Donald Trump a confirmé la construction de « nombreux missiles hypersoniques. Et en France, la ministre des Armées Florence Parly annonçait des essais de missile hypersoniques « d’ici 2021 ». 

Andreï Touabovitch