IRAN-NUCLEAR-POLITICS-ROUHANILa poussée du mouvement djihadiste de l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant) pourrait avoir un effet des plus inattendus en permettant un rapprochement entre la République islamique d’Iran et les Etats-Unis.
La menace que représente l’EIIL a franchi plusieurs crans la semaine dernière avec la prise de contrôle de plusieurs villes irakiennes. Or l’Irak, dirigé par des chiites soutenus par l’Iran et dont la survie représente le succès d’une intervention militaire étrangère très controversée des Etats-Unis, a un intérêt particulier pour ces deux pays.
Samedi dernier, le président iranien Hassan Rohani n’a pas exclu une coopération avec les Etats-Unis contre l’EIIL. Côté américain, le sénateur républicain Lindsey Graham, qui compte parmi les plus farouches opposants à Téhéran, a abondé dans le même sens en appelant à des discussions avec l’Iran en vue de freiner les djihadistes, malgré une comparaison de cette situation «  à l’alliance avec Staline contre Hitler au cours de la seconde guerre mondiale ».
L’Iran et les Etats-Unis sont toutefois opposés à l’envoi de troupes au sol. L’aide de l’Iran à Bagdad pourrait prendre la forme d’une délégation de forces militaires spéciales, des conseillers et des formateurs, pour encadrer l’armée irakienne. Mais seul un soutien militaire massif à l’Irak pourra lui permettre de reprendre le contrôle des villes  prises par l’EIIL. Ce soutien, délicat à accorder par les Etats-Unis, est possible de la part de l’Iran mais seulement après une décision du Conseil suprême de sécurité nationale américain.
Une coopération entre les Etats-Unis et l’Iran, même si elle est vivement décriée de part et d’autre, n’est pourtant pas irréaliste. Une alliance de fait entre les deux pays contre la menace djihadiste de l’EIIIL pourrait même créer une atmosphère des plus favorables au règlement de la crise du nucléaire iranien alors qu’un nouveau round des discussions s’est ouvert lundi à Vienne.

 

Tags: , , , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*