Malaysia Airlines est au plus mal depuis la disparition du vol MH370 de Kuala Lumpur à Pékin le 8 mars dernier avec 239 passagers et membres d’équipage à son bord.

vol-vide-malysia-airlinesLa Compagnie malaisienne, qui était déjà en grande difficulté depuis 2011, vient d’enregistrer son sixième semestre de pertes consécutives. Jeudi, elle a annoncé une perte de 305 millions de ringgits, soit 73 millions d’euros, sur le deuxième trimestre 2014.

Dans un document intermédiaire, Malaysia Airlines avait prévenu que les résultats de l’exercice des six derniers mois de cette année seraient encore plus mauvais. La Compagnie a expliqué qu’après la tragédie du vol MH370, ses réservations ont chuté de 6,7%. Mais l’effet combiné de la double catastrophe MH370 et MH17 (l’avion abattu le 17 juillet au-dessus de l’Ukraine), ajouté à la forte concurrence, mettra davantage la compagnie en mal sur le plan financier.

Compte tenu de l’annulation de nombre de ses vols, Malaysia Airlines a observé une chute hebdomadaire de 33% de ses réservations. Désormais, les avions cette compagnie voyagent presque à vide, si ce n’est totalement. Son actionnaire majoritaire, Khazanah Nasional Bhd, va annoncer un plan de restructuration cette semaine, avec la suppression de plusieurs milliers de postes .

Pendant ce temps, les recherches se poursuivent pour tenter de mettre la lumière sur le mystère du MH370. Ce qui engendre aussi de nouveaux coûts, avec pour seule différence que ceux-ci ne sont pas imputés aux comptes de la compagnie aérienne. Lors d’une conférence de presse jeudi à Canberra, le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong Lai, a fait savoir que son pays allait prendre en charge 50% de la facture de la nouvelle phase des recherches évaluée à un total de 52 millions de dollars australiens, soit 37 millions d’euros. L’autre moitié sera payée par l’Australie, pays coordonnateur de ces recherches qui, jusqu’à présent se sont avérées infructueuses.

 

Tags: , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*