syrie-temognagesLe Conseil de sécurité de l’ONU a profité d’une réunion informelle à huis clos hier jeudi pour recevoir des témoignages directs de médecins syriens sur des attaques présumées au chlore contre des villages du nord-ouest du pays.

Deux médecins syriens, Saher Sahloul, qui préside l’association médicale américano-syrienne, et Mohammed Tennari, qui a soigné les victimes d’une attaque présumée au gaz de chlore le 16 mars dernier contre le village de Sermine, dans le gouvernorat d’Idlib, ont ainsi été entendus par les ambassadeurs ou représentants adjoints des 15 pays membres de l’organe exécutif des Nations unies. Ils ont également montré une vidéo tournée sur place dans un hôpital d’Idlib en mars et qui montre des médecins tentant désespérément de ranimer des enfants en train de suffoquer. Mardi, c’était l’organisation Human Rights Watch qui accusait le régime d’avoir largué à six reprises en mars dernier entre le 16 et le 31 mars des barils remplis de chlore dans le nord-ouest du pays sous contrôle rebelle. L’OIAC (Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques) est en train de mener une enquête sur l’utilisation effective de gaz de chlore dans le pays. Les conclusions de cette enquête serviront au Conseil de sécurité pour les mesures qu’il ne devrait pas manquer de prendre.

Pour les Etats-Unis, les attaques présumément menées au chlore l’ont été depuis des hélicoptères et le régime de Bachar al-Assad est le seul à disposer d’hélicoptères. L’OIAC et l’ONU ont supervisé le désarmement chimique syrien consenti par Damas après que l’attaque du 21 août 2013 dans la Ghouta, dans la banlieue de Damas, pendant laquelle du gaz sarin avait été utilisé, ait placé le régime syrien sous la menace de frappes américaines.

 

Tags: , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*