Le terrorisme échappe à la peine de mort en Inde

Suite aux meurtriers attentats perpétrés contre l’Inde, principalement à Bombay par des militants islamistes en 2008 causant près de 166 morts, lundi, la cour suprême indienne a statué sur le sort d’un des dix commanditaires de ces actes terroristes visant à déstabiliser le pays tout entier.

 Pakistanais âgé de 23 ans, mohammed Ajmal  Amir Kasab est présentement le seul survivant du commando responsable de l’agression terroriste menée contre l’Inde en 2008 et doit de ce fait répondre de ces actes et endosser la lourde responsabilité d’un procès en l’absence des 9 autres complices tués durant l’intervention par des forces de l’ordre. Déjà condamné à mort par un tribunal d’exception en mai 2010 pour plusieurs crimes à savoir meurtres, actes de guerre contre l’Inde, complot et terrorisme, Kasab a usé de son droit de faire appel afin de transférer l’affaire devant la cour suprême qui ce lundi s’est prononcée en faveur de la suspension de sa condamnation à mort. Il est également important de préciser que si la cour c’était elle aussi exprimée en faveur de sa condamnation à la peine capitale, ce dernier pouvait par la suite avoir la possibilité de faire un dernier recours qui est de demander la grâce présidentielle. Ainsi, et bien que tous les éléments de preuves étaient réunis pour prouver et démontrer la culpabilité tout entière de Kasab, la cour opta pour une sentence moins radical.

      Bien que la peine capitale soit encore prévue dans la loi indienne, il est un fait que son application tend à reculer au fil des années et ce, même pour les crimes les plus graves touchant à la sécurité et à la souveraineté de l’Etat tels que le terrorisme.

Francis Shwarz

Francis Shwarz

ancien Senior Consultant spécialisé dans les questions de stratégie économique au sein de la société Boston Consulting Group (BCG), et ancien manager au sein du groupe spécialisé dans les services pétroliers Schlumberger. en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager