Corée du Sud : mise en examen pour corruption de l’héritier de Samsung

choigateLes enquêteurs sud-coréens ont annoncé ce mardi la mise en examen de Lee Jae-yong, héritier et vice-président de l’empire Samsung dans le cadre du vaste scandale qui touche le plus gros conglomérat du pays.

D’après le porte-parole de l’équipe qui planche sur cette affaire, Lee Jae-yong a été officiellement inculpé pour corruption, détournement de fonds, dissimulation d’actifs à l’étranger et parjure. Il est accusé d’avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à Choi Soon-sil, la confidente de l’ombre de l’ancienne présidente Park Geun-hye en échange de faveurs politiques. Egalement inculpés pour corruption dans cette affaire, trois cadres dirigeants de Samsung ont aussitôt démissionné ce mardi. Lee Jae-yong ne fait pas partie du nombre. Lee Jae-yong, les trois cadres qui ont démissionné ce matin et un autre cadre dirigeant devraient être quasi-certainement renvoyés devant un tribunal.

Baptisé  « Choigate », le scandale qui secoue la Corée du Sud depuis plusieurs mois maintenant a déjà valu à la présidente Park Geun-hye d’être destituée. Le placement en détention de provisoire de Lee Jae-yong, âgé de 48 ans, le 17 février dernier avait secoué la puissante multinationale qui pèse pour 20% dans l’économie du pays. C’est la première fois qu’un dirigeant du groupe Samsung se retrouve derrière les barreaux. Son inculpation est une difficulté supplémentaire pour Samsung qui, se remettant à peine de son smartphone aux batteries explosives, a annoncé le « démantèlement » de son bureau de stratégies futures qui supervise toutes les décisions importantes du conglomérat.

Andreï Touabovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *