L’Arabie saoudite se lance dans les énergies renouvelables

Energie-Khaled al-FalehLe ministre saoudien de l’Energie, Khaled al-Faleh a annonce lundi à Ryad, à l’occasion d’un forum sur l’investissement, que son pays envisage de tirer 10 % de son électricité des sources vertes d’ici 2023.

L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, projette également, selon le ministre, d’exporter des énergies propres et leurs technologies. Faleh a annoncé « 30 projets à mettre en œuvre » dans le but d’atteindre près de 10 gigawatts de production d’énergies renouvelables.

A l’heure actuelle, presque toute l’électricité consommée dans ce pays est tirée du pétrole ou du gaz naturel. Mais, face à la dégringolade des prix de l’or noir et, de ce fait, à un creusement considérable du déficit public saoudien, Ryad a initié, l’année dernière, un grand programme de diversification de son économie.

Dans ce cadre, les autorités saoudiennes ont lancé un « ambitieux » programme d’énergies renouvelables, basé sur le solaire et l’éolien, dont la facture va de 30 à 50 millions de dollars, d’après le ministre saoudien de l’Energie. M. Faleh a affirmé que « la part des énergies renouvelables en 2023 représentera 10 % de la production totale d’électricité dans le royaume ».

Dans la foulée, ce responsable a lancé un appel d’offres pour la première centrale solaire de 300 mégawatts. Par ailleurs, un projet éolien devrait être initié au 4è trimestre cette année.

Andreï Touabovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager