Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté hier lundi, un nouvel éventail de sanctions contre la Corée du Nord à la suite de son sixième essai nucléaire.

Ces nouvelles sanctions sont cependant moins sévères que celles souhaitées par les Etats-Unis, et ce, pour pouvoir obtenir l’adhésion de la Chine et de la Russie, les seuls alliés sur le papier de Pyongyang.

Ces nouvelles sanctions maintiennent l’embargo sur le gaz naturel mais ne font que limiter les ventes de pétrole à la Corée du Nord à 500 000 barils pendant trois mois à partir du 1er octobre pour passer à 2 millions de barils du 1er janvier pour une période de 12 mois. Selon le département américain de l’Energie, cette limitation représente une réduction de 10% des produits pétroliers.

Par ces nouvelles sanctions, les Nations unies entendent pousser le régime nord-coréen à renégocier ses programmes d’armement nucléaire et conventionnel, jugés menaçants pour la stabilité mondiale.

Les sanctions adoptées  lundi par le Conseil de sécurité, sont moins fortes que celles contenues dans le premier projet de texte américain rendu public mercredi dernier. Ce document prévoyait un embargo total sur les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés (environ 93.000 selon Washington), le gel des avoirs du président Kim Jong-Un, l’interdiction d’importer du textile nord-coréen, deuxième secteur des exportations du pays, et des inspections systématiques des navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l’ONU.

 

Tags: , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*