Le roi du Maroc Mohammed VI a entamé mardi matin à Abou Dhabi, la capitale des Emirats arabes unis, une mini-tournée dans le Golfe, qui devrait le conduire dimanche prochain à Doha (Qatar), a-t-on appris de source officielle à Rabat.

Le Maroc qui entretient depuis des décennies, des liens étroits et stratégiques avec l’ensemble des monarchies arabes du Golfe, avait même été invité en 2011, à adhérer au Conseil de coopération du Golfe (CCG). Rabat a néanmoins opté plutôt pour un partenariat stratégique avec les six pays du CCG (Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats, Koweït, Oman et Qatar). Ces pays se sont engagés au titre de ce partenariat, à financer au Maroc, des projets de développement à hauteur de cinq milliards de dollars.

La «visite d’amitié et de travail» de Mohammed VI à Abou Dhabi, intervient sur fond d’une crise régionale qui a éclaté en juin dernier entre le Qatar d’une part et d’autre part, l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn et l’Egypte qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha.

Le Qatar est accusé par les quatre pays arabes de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l’Iran, grand rival du Royaume wahhabite dans la région. Mais Doha réfute ces accusations, et tente depuis lors, de rompre son isolement.

Dans ce contexte, le Maroc a fait preuve d’une prudente neutralité tout en proposant sa médiation.

A l’occasion de ce déplacement dans le Golfe, le Roi Mohammed VI va sûrement tenter une nouvelle médiation pour aplanir les malentendus entre le Qatar et les autres pays membres du CCG et exprimer par sa présence dans la région, la solidarité du Maroc avec le Royaume d’Arabie Saoudite dont les rapports avec le voisin iranien connaissent un regain de tension suite au missile balistique lancé contre la ville de Ryad, depuis le Yémen, où les rebelles (Houthis) chiites sont soutenus par le régime de Téhéran.

Le Maroc et l’Etat des Emirats Arabes Unis entretiennent des relations stratégiques multidimensionnelles en constante évolution, à la faveur de la volonté des dirigeants des deux pays d’ériger le partenariat maroco-émirati en un modèle distingué de l’action arabe commune. Pour preuves, les Emirats occupent la seconde place après la France en termes d’investissements directs étrangers (IDE) au Maroc, avec une part de 13,4% durant la période 2008-2015, selon un rapport officiel.
Durant cette tournée de plusieurs jours dans le Golfe, le Roi Mohammed VI est accompagné entre autres, par trois conseillers royaux et par les ministres des Affaires étrangères, Nasser Bourita et de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj.

 

 

Tags: , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*