France : L’affaire Benalla débouche sur une enquête sur un oligarque russe

La rocambolesque affaire d’Alexandre Benalla, l’ancien conseiller du président français Emmanuel Macron, a pris une nouvelle tournure avec l’ouverture hier jeudi, par le parquet financier français d’une enquête sur un contrat signé avec un sulfureux oligarque russe, Iksander Makhmoudov.

Le parquet national financier (PNF) a confirmé l’ouverture de cette enquête comme l’avait rapporté le site d’information Mediapart qui précise que l’enquête a été ouverte à une date non précisée pour « corruption » et se concentre sur un contrat signé en mars, entre la société de Vincent Crase, un ex-employé de LREM et gendarme réserviste, et l’oligarque russe Iksander Makhmoudov, qui aurait été «négocié» par Alexandre Benalla, «du temp où il était à l’Elysée».

Ce contrat avait été sous-traité à la société Velours, ancien employeur d’Alexandre Benalla. Il «prévoyait la protection des biens immobiliers en France de l’homme d’affaires russe et de sa famille à Monaco ». Selon le journal en ligne, Iksander Makhmoudov avait versé à Vincent Crase une rémunération de 294.000 euros le 28 juin 2018.

A la tête de la « Société minière et métallurgique de l’Oural » (UGMK) et 211ème fortune mondiale dans le classement du magazine Forbes, Iksander Makhmoudov est présenté par la justice espagnole, avec qui il a eu maille à partir, comme faisant partie de l’organisation criminelle russe Izmailovskaïa.

L’affaire Benalla n’en finit plus après les méandres des violences du 1er mai et l’imbroglio autour des passeports diplomatiques. Dernières victimes en date, la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre, prise dans la tourmente, a été contrainte à la démission et, dans la foulée, son compagnon, un militaire soupçonné d’être également mouillé dans le dossier, a été suspendu.

 

Andreï Touabovitch