La coopération militaire américano-saoudienne compromise après la fusillade de Pensacola

Deux jours après qu’un ressortissant saoudien en formation militaire ait tué par balles trois personnes sur une base aéronavale à Pensacola en Floride, divers républicains ont remis en question, dimanche, l’entraînement des soldats saoudiens aux Etats-Unis.
Chaque année, des centaines de soldats saoudiens s’entraînent dans les rangs des forces armées américaines. Au surlendemain de la fusillade, les élus républicains et démocrates convenaient que la coopération militaire entre les Etats-Unis et l’Arabie saoudite doit être réexaminée de plus près.
Ce programme d’entraînement «doit être suspendu» tant que les événements survenus en Floride ne sont pas complètement élucidés, a soutenu dimanche matin une déclaration sur Fox News, le sénateur républicain Lindsey Graham, proche du président Donald Trump.
Rappelons que le sous-lieutenant Mohammed Alshamrani de l’armée de l’air saoudienne a ouvert le feu vendredi avec une arme de poing dans une salle de cours de la base de Pensacola. Ce militaire de 21 ans a tué trois personnes et blessé huit autres avant d’être abattu par les forces de l’ordre américaines.
Deux jours après, les enquêteurs cherchaient toujours à cerner les motivations du soldat saoudien et à déterminer s’il avait agi seul. Ce dernier aurait posté sur le réseau social Twitter, avant son attaque, des messages hostiles aux Etats-Unis.

Andreï Touabovitch

Partager