Algérie-Polisario : Des Sahraouis mis en quarantaine dans des chambres d’isolement exigües 

Les autorités de l’Algérie et du Front Polisario qui prêtent déjà peu d’intérêt aux populations sahraouies confinées en plein désert dans les camps de Tindouf, ont astreint vendredi dernier, des Sahraouis notamment des femmes et des enfants, à se confiner dans des chambres d’isolement exigües, à leur retour de la zone frontalière avec la Mauritanie où ils étaient assiégés par les soldats algériens à cause de la pandémie du coronavirus. 

Ces Sahraouis qui espéraient être admis dans des centres hospitaliers pour leur mise en quarantaines surtout après avoir été bloqués depuis le 21 mars dernier, sans eau et sans nourriture près de la frontière séparant l’Algérie de la Mauritanie, ont été surpris de se voir enfermer dans des chambres d’isolement démunies de sanitaires et des équipements nécessaires à leur vie quotidienne et en l’absence de toute assistance médicale en ces temps de pandémie.

Les milliers de Sahraouis qui sont déjà astreints à un blocus total dans les camps de Tindouf, avant même l’apparition de la pandémie du coronavirus, se trouvent aujourd’hui entièrement abandonnés à leur sort, étant donné que les autorités du pays d’accueil, l’Algérie, s’occupent plutôt de leurs ressortissants et de la crise économique et financière qui frappe de plein fouet le pays avec la chute des prix du pétrole, sa principale richesse. 

Pendant ce temps de crise sanitaire, les hauts cadres et le chef du Polisario, Brahim Ghali se la coulent douce dans des logements haut standing dans la ville algérienne de Tindouf, bien entendu, au frais du contribuable algérien.

 

Andreï Touabovitch