Covid-19 : Intensification des risques sociaux en Afrique

La pandémie de Covid-19 est susceptible d’intensifier le risque social systémique élevé en Afrique dans un proche avenir, a prévenu le cabinet Euler Hermès, dans son dernier rapport trimestriel. 

Selon le cabinet, l’Afrique est particulièrement à risque «en raison des soins de santé très faibles combinés à des prix des produits de base actuellement bas, ce qui réduit la capacité des gouvernements à réagir par des mesures de relance budgétaire, à la crise». 

Euler Hermès prévoit également des manifestations populaires qui peuvent avoir lieu à travers le continent dans la seconde moitié de 2020 jusqu’en 2021.

Le rapport co-signé par l’assureur Allianz, indique que l’ile Maurice est le pays africain présentant le moindre risque. Dans l’ordre décroissant, le classement africain place l’archipel sur la plus haute marche en termes de stabilité contrairement au Nigeria qui se trouve être le pays dont le risque d’instabilité est le plus inquiétant.

Maurice est suivi de l’Egypte, de la Tunisie, de la Tanzanie et du Ghana, pour les 5 premiers.  Le Top10 est complété par le Sénégal, le Kenya, l’Algérie, l’Afrique du sud et le Gabon.

Euler Hermès précise que l’indicateur de risque social à la base du rapport identifie les pays qui sont particulièrement vulnérables aux risques sociaux systémiques tels que le mécontentement social, les manifestations et les protestations. 

«L’impact financier est très négatif pour de nombreux ménages et entreprises à travers le monde, ce qui pourrait conduire à une nouvelle vague de mécontentement social », a prédit Ana Boata, directrice de la recherche macroéconomique chez Euler Hermes, soulignant qu’«on peut donc craindre un renforcement significatif du risque social dans de nombreux pays cette année».

Pour les auteurs de ce rapport, l’épidémie de Covid-19 a accru les inégalités sociales en Afrique.

Andreï Touabovitch

Partager