La Chine propose des panneaux solaires à des prix imbattables sur le marché européen. Ce qui ne sied pas du tout à l’allemand Solarworld, leader du secteur à l’échelle continentale.
Solarworld a carrément accusé plusieurs de ses rivaux chinois, dont Canadian Solar, Suntech, Trina et Yingli, de concurrence déloyale. Ceux-ci casseraient les prix des panneaux solaires en Europe. Ce qui, bien sûr, ne fait pas les affaires du géant allemand, plus porté sur la qualité de ces produits. Selon certaines rumeurs, Solarworld aurait même déjà saisi la Commission Européenne en déposant une plainte en dumping, procédure que l’entreprise n’a pas confirmé jusque-là. L’allemand n’est pas à sa première accusation. Il avait fait pareille démarche sur le marché américain et celle-ci s’est couronnée de succès. Actuellement, les USA imposent 31 % de droits de douane aux panneaux solaires produits dans l’Empire du Milieu. Comme il fallait s’y attendre, les sociétés visées par la nouvelle plainte allemande n’ont pas tardé à réagir. Elles ont conjointement demandé à la direction chinoise « à prendre avec énergie toutes les mesures nécessaires » pour les défendre. Cette question a donc quitté le terrain commercial pour gagner celui de la politique.
En fait, c’est peut-être le début d’une guerre stratégique. Car l’Allemagne comme la Chine ont investi des milliards d’euros dans le développement des panneaux solaires. A la différence, Pékin a l’habitude de limiter ses coûts de production et de s’appuyer sur des subventions publiques. En outre, elle profite des facilités dont jouissent les européens afin de s’équiper du matériel. Tout cela l’avantage fortement dans la conquête du marché européen de 20 milliards de dollars américains. L’Allemagne ne compte donc pas se laisser faire. La commission européenne pourrait entamer des investigations à ce sujet d’ici 45 jours.

 

Tags: , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*