C’est lors d’une interview exclusive et rarissime au quotidien « The Daily Telegraph », que le chef des services de renseignement extérieurs britanniques, Sir John Sawers, a levé un coin du voile sur le programme nucléaire iranien, estimant que ce dernier devait arriver à maturité en 2008, mais qu’une série d’actions ciblées ont retardé ce dernier de 6 ans. Selon plusieurs analystes, Sawers ferait allusion notamment aux attaques via virus informatique, qui auraient paralysé certains systèmes de commandement critiques du régime iranien, les paralysant durablement. Selon d’autres sources proches des services britanniques, les différents assassinats et enlèvements de scientifiques iraniens (notamment lors d’un pèlerinage à la Mecque, les lieux saints de l’Islam), feraient également partie de ce que maître espion britannique appelle pudiquement : « «une série d’opérations pour s’assurer que les sanctions internationales soient appliquées (…) au Moyen-Orient pour ralentir les problèmes subsistants». Certains observateurs s’interrogent sur le timing de cette interview donnée par Sawers, estimant qu’elle pourrait être le prélude à une série de nouvelles interventions communes du MI6 avec la CIA en Iran, qui pourraient prendre la forme d’attaques aériennes ciblées. Sur fond de guerre civile en Syrie, ouvrir un nouveau front en Iran pourrait servir d’avertissement aux maîtres de Téhéran afin qu’il cessent leur soutien à Bachar El Assad, dont les principaux conseillers militaires seraient iraniens. D’autre part, cette mise en avant du MI6 pourrait cacher une intervention autrement plus discrète des services secrets israéliens, le Mossad, qui a déjà « intervenu » à de multiples reprises sur le sol iranien afin de freiner la progression du programme nucléaire. Autre hypothèse, le chef du MI6 serait en train de tester les réactions des opinions publiques et d’envoyer un message codé à Téhéran afin que les iraniens acceptent de revenir à la table de négociations de l’AIEA, après avoir joué avec les nerfs de l’occident depuis plusieurs années. En tout état de cause, l’on peut raisonnablement estimer que les services très spéciaux de Sa Majesté britannique sont en train de mijoter quelque chose, et qu’un projet particulier serait dans les cartons. Reste à trouver la forme et le timing de ce dernier, dont Sir John Sawers semble être le seul à détenir les clés, ainsi qu’un certain général Petraeus, patron de la CIA.

 

Tags: , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*