charles-and-david-kochLes deux frères milliardaires Charles et David Koch ont lancé une campagne souterraine pour permettre aux Républicains de reconquérir le Congrès, profitant de la règlementation américaine sur le financement électoral.
En se basant sur des déclarations d’impôts, le Washington Post a révélé que les 17 organisations conservatrices liées plus ou moins directement aux frères Koch, ont levé 407 millions de dollars lors de la campagne électorale de 2012.
Les responsables démocrates estiment, eux, que Charles et David Koch devraient dépenser cette année environ 30 millions de dollars pour soutenir des candidats républicains. Ils seraient déjà à l’œuvre dans des Etats comme la Caroline du Nord où les sénateurs démocrates sortants sont considérés comme fragiles. La puissance publicitaire que ce financement devrait soutenir sera plus que déterminante dans la bataille électorale et il suffirait d’un renversement dans une dizaine d’Etats pour que le Sénat bascule sous majorité républicaine.
Les élections législatives auront lieu en novembre prochain et les alliés démocrates de Barack Obama ne peuvent que constater cette menace qui pèse sur leur contrôle du Sénat. Bien que les dons directs aux candidats restent strictement plafonnés, de nouvelles structures sont apparues depuis la fin des années 2000 permettant aux plus généreux donateurs de financer des dépenses électorales sans limite. Certaines d’entre elles assurent même l’anonymat complet des contributeurs.
A la tête du conglomérat industriel familial Koch Industries, considéré par Forbes comme le deuxième plus grand groupe américain non coté, Charles et David Koch profitent de cette dérèglementation du financement électoral américain pour soutenir leur positionnement conservateur, officiellement pour promouvoir les idéaux de libre entreprise. La perte du Sénat par les Démocrates ruinerait les deux dernières années du mandat du président Obama, le privant de tout allié au Congrès.

 

Tags: , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*