Sahara Occidental: Le Polisario sous un rouleau compresseur

emeutes-saharaLe Front Polisario évolue ces derniers temps sous un rouleau compresseur. Les dirigeants du mouvement indépendantiste sahraoui qui contestent depuis 40 ans, au Maroc, la souveraineté sur le Sahara Occidental, sont confrontés dans leur propre fief dans les camps de Tindouf, à une fronde exceptionnelle. En plus des lourds échecs diplomatiques qu’il a essuyés dernièrement à l’international, le Polisario fait face, depuis le début 2014, à une véritable rébellion interne menée par de jeunes désespérés qui ne croient plus aux fausses promesses de leurs dirigeants pour un avenir meilleur. Le dimanche 11 mai, un des camps de Tindouf a été le théâtre d’un mouvement de protestation inhabituel. Des centaines de jeunes en délire, ont investi et incendié les bureaux du siège de la «wilaya» du camp de Laayoune et mis le feu dans la voiture du wali, Hemma Albounya qui a été lui-même, soigneusement tabassé à l’occasion. C’est une décision « injuste » du responsable local du Polisario, interdisant aux habitants du camp d’ouvrir sans autorisation préalable, des petits commerces, qui a été à l’origine de cette émeute accompagnée d’actes de violence, d’interpellations et d’une dizaine d’arrestations. Mais la goutte qui a fait déborder le vase, a été l’arrestation et le mauvais traitement réservé par les vigiles de la wilaya au jeune Al Ghilani Lahcen Alhussein Boumerrah, qui a voulu passer outre la décision du wali, en voulant coûte que coûte, construire une échoppe mitoyenne de sa maison à Hagounya, pour subvenir aux besoins de sa famille. La nouvelle de son arrestation a circulé comme une trainée de poudre parmi les habitants du camp de Laayoune ce qui a vite embrasé la situation donnant lieu à de violents affrontements entre les manifestants en colère et les forces de l’ordre. Ce n’est que grâce à d’importants renforts venus d’autres camps, que l’ordre a pu être rétabli. Pour rappel, il s’agit du énième soulèvement collectif du genre, puisque les camps de Tindouf ont été déjà le théâtre d’une série d’autres  mouvements insurrectionnels organisés à l’initiative du «mouvement des jeunes pour le changement» baptisé en arabe «Attaghyr ».

Mohamed El Abdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *