Comme il fallait s’y attendre, l’annonce lundi des conclusions de l’affaire Michael Brown, tué par l’agent de police Darren Wilson non condamné par la justice, de manifestations  ont gagné l’ensemble du territoire américain au point de faire réagir Barack Obama, qui a condamné les actes « criminels » de certains protestataires.

Michael-Brown

Pour rappel, le 9 août dernier à Ferguson, le jeune Noir Michael Brown tombait fatalement sous les balles d’un policier blanc. Il n’en fallait pas plus pour attiser la colère et l’indignation de la communauté afro-américaine. Et, trois mois plus tard, la justice américaine a décidé de ne pas poursuivre l’agent de police impliqué dans cette affaire. D’où, la réaction immédiate des habitants de Ferguson, qui s’est vite étendue dans d’autres localités américaines. Mardi Soir, CNN parlait de 37 Etats dans lesquels se sont déroulés des mouvements de protestation pour réclamer justice.

Bien entendu, les grandes villes à l’instar de Los Angeles ou New York n’ont pas été épargnées par ces manifestations. A Chicago, où président américain s’y trouvait n’a pas manqué de dénoncer les actes de violence. « Brûler des bâtiments, mettre le feu à des voitures, détruire des biens, mettre des gens en danger , il n’y a aucune excuse à cela. Ce sont des actes criminels », a-t-il condamné.

Par ailleurs Barack Obama a dit être disposé à œuvrer avec ceux qui souhaitent travailler en vue d’améliorer les rapports entre les forces de l’ordre et les minorités. Une tâche qui incombe à son ministre de la Justice, Eric Holder. « Ce que nous voyons à Ferguson n’est pas limité à Ferguson, et nous, au ministère de la Justice, sommes bien décidés à faire tout ce que nous pouvons pour réduire ces tensions », s’est engagé ce dernier.

 

Tags: , , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*