Front commun des monarchies du Golfe

Au terme de leur sommet annuel, les monarchies du CCG (Conseil de Coopération du Golfe) ont annoncé le ralliement du Qatar à la position commune des autres membres qui soutiennent le pouvoir égyptien d’Abdel Fattah al-Sissi.

ccg-egypte-criseLe sommet annuel entre l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar s’est tenu mardi à Doha, au Qatar. En plus de « leur plein soutien à l’Egypte » et leur « appui au programme politique du président Sissi », les monarchies du CCG devraient renforcer leur coopération pour faire face à la chute des prix du pétrole qui menace d’affecter leurs revenus et leurs programmes de développement.

Avec une part de 90% dans leurs recettes publiques, la chute des prix du pétrole, -40% depuis le mois de juin, pourrait provoquer chez les monarchies du Golfe une baisse de 300 milliards de dollars par rapport à leurs revenus de l’année dernière. Le CCG a également discuté de mettre en œuvre une plus grande coopération en matière de commandement militaire, d’activités navales et de force de police conjointe dans un contexte difficile parqué par l’offensive djihadiste de l’Etat islamique en Irak et en Syrie et l’aggravation des violences au Yémen.

Ces différentes questions pressantes ont poussé les pays du Golfe à mettre en sourdine leurs querelles et à faire front commun. Le ralliement du Qatar à la position commune des autres membres de l’organisation régionale sur l’Egypte, met fin à une brouille provoquée par l’appui de cet émirat à la confrérie des Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi destitué en juillet 2013 par al-Sissi, décrétée par ce dernier « organisation terroriste » et dont les membres sont victimes d’une vive répression.

Le simple fait que le sommet de Doha ait pu avoir lieu est considéré par beaucoup d’observateurs,comme un véritable exploit ,compte tenu de la crise sans précédent qui a secoué le CCG depuis que Ryad, Abou Dhabi et Manama ont décidé en mars dernier de rappeler leurs ambassadeurs en poste à Doha à cause du soutien du Qatar aux Frères musulmans.

Andreï Touabovitch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager