kalUn texte de loi est en phase d’être présenté à l’Assemblée nationale en Corée du sud pour parer aux abus de certains cadres et dirigeants du monde des affaires notamment à l’encontre de leurs subordonnés.

Ce projet est baptisé « Loi spéciale sur la gestion éthique des conglomérats ».Il prévoit d’interdire aux membres des puissants conglomérats dynastiques, également connus sous le nom de « chaebols » dans le pays, d’exercer un emploi dans une des sociétés du groupe pendant au moins cinq ans, en cas de condamnation pénale grave. Une autre disposition similaire a également été proposée par un autre élu de l’opposition, censée apporter une réponse aux préoccupations d’une bonne partie de la population sud-coréenne. Un récent sondage réalisé par la Fondation de la presse coréenne révèle que les trois-quarts des Sud-coréens estiment que la conduite arrogante de ceux qui occupent une position supérieure est un problème dans le pays et les familles des chaebols arrivent en tête des récriminations.

Ce n’est pas un hasard si la« Loi spéciale sur la gestion éthique des conglomérats » a été surnommée la loi Cho Hyun-ah, du nom de la fille du président de la compagnie aérienne KAL (Korean Air Lines), condamnée la semaine dernière à un an de prison .Elle est accusée d’avoir provoqué un scandale au début du mois de décembre dernier à bord d’un avion parce qu’on lui avait servi des noix de mascadamia dans un sachet plutôt que dans une assiette et avoir demandé que l’Airbus A380, qui se préparait au décollage à New York, retourne à sa porte de stationnement et que le chef de cabine soit débarqué.

 

Tags: , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*