ericC’est un coup dur qui secoue les médias en France, où deux journalistes connus, Eric Laurent et Catherine Graciet, ont été arrêtés jeudi à Paris en flagrant délit de chantage contre le roi du Maroc, auquel ils réclamaient 3 millions d’euros en échange de la non-publication d’un livre polémique.
Les deux journalistes devenus désormais des parias dans le milieu médiatique français, n’en sont pas à leur premier coup. En 2012, ils avaient publié conjointement un livre intitulé « Le Roi prédateur », un pamphlet controversé contre le roi Mohammed VI. Ils ont apparemment décidé de revenir à la charge, en extorquant cette fois des fonds au souverain marocain, mais se sont retrouvés pris à leur propre piège.
Cette scabreuse histoire a commencé le 23 juillet dernier, lorsque Eric Laurent contacte au téléphone le palais royal à Rabat pour un rendez-vous. Le représentant du roi pense d’abord à un canular en entendant le journaliste français demander trois millions d’euros. En échange, Eric Laurent promettait de sursoir à la publication d’un nouveau livre qu’il s’apprêtait à remettre à son éditeur.
Le roi Mohammed VI a alors décidé de porter l’affaire devant la justice française qui, en collaboration avec la police judiciaire, a tendu un piège aux deux journalistes maître-chanteurs. Rendez-vous est pris le 21 août à Paris entre un représentant du roi et Eric Laurent. Après plusieurs tractations, ce dernier accepte de ramener la rançon à 2 millions d’euros, sans se douter qu’il a été mis sous surveillance policière.
Une ultime rencontre est organisée le 27 août dans un restaurant parisien, d’où Eric Laurent et Catherine Graciet sortent les menottes aux mains après avoir touché 80.000 euros comme avance de leur grossier chantage.
D’ores et déjà, de nombreux journalistes français se sont exprimés sur cette affaire. Beaucoup dénoncent un rançonnement sordide pratiqué par deux journalistes qui ne soulevaient pourtant pas de soupçons.

 

Tags: , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*