Conférence Internationale sur la Somalie

Londres a abrité hier jeudi 23 février une conférence internationale sur la Somalie. Plus de 40 pays d’Afrique, du monde arabe et de l’Occident ont pris part à ces assises.
Au cours de ces travaux, le premier-ministre britannique et hôte de la conférence, David Cameron, s’est particulièrement distingué par son plaidoyer en faveur de la Somalie. Selon lui, les problèmes de ce pays « ne touchent pas seulement la Somalie. Ils nous touchent tous ». Fort de cela, M. Cameron a proposé, en dehors de multiples initiatives d’aide humanitaire et de développement, la création d’un groupe de travail. Cette plateforme, qu’il veut internationale, aura pour objectif de réfléchir à une stratégie visant à mettre un terme à la piraterie. Celle-ci est devenue une pratique courante des somaliens dans le golfe d’Aden et l’Océan Indien, lesquels exigent habituellement une rançon en échange de la libération des otages. Quant à elle, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a menacé de sanctionner les quelconques fauteurs de troubles en Somalie : « nous allons favoriser la mise en place de nouvelles sanctions de la communauté internationale, comme l’interdiction de voyager ou le gel des avoirs, à l’encontre des responsables à l’intérieur ou à l’extérieur du gouvernement fédéral transitoire (GFT) qui cherchent à saper les efforts pour la paix et la sécurité ». La chef de la diplomatie américaine a aussi plaidé pour parvenir à couper les soutiens financiers des rebelles Shebab. Par contre, elle ne s’est pas montrée favorable à des frappes aériennes en direction des territoires que les insurgés contrôlent.
La semaine dernière, les responsables politiques somaliens ont décidé de remplacer le GFT, dont le mandat arrive à terme en août 2012, par un parlement et une assemblée constituante. De son côté, le GFT a obtenu l’autorisation du Conseil de Sécurité de l’ONU, afin de renforcer l’effectif de la force de maintien de paix de l’Union Africaine (AMISOM). Celle-ci va donc passer de 12 000 à 17 731 éléments.

Francis Shwarz

Francis Shwarz

ancien Senior Consultant spécialisé dans les questions de stratégie économique au sein de la société Boston Consulting Group (BCG), et ancien manager au sein du groupe spécialisé dans les services pétroliers Schlumberger. en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *