la-chanceliere-allemande-angela-merkel-et-le-patron-du-renseignement-exterieurA l’approche des législatives de 2017, Berlin craint une multiplication des cyber-attaques perpétrées notamment par des Russes dans l’objectif de perturber le jeu politique en Allemagne.

Dans un entretien accordé au journal allemand Süddeutsche Zeitung paru mardi, le directeur du renseignement extérieur allemand, Bruno Kahl, a estimé que «l’Europe est au centre de ces tentatives de déstabilisation et l’Allemagne tout particulièrement».

L’Allemagne s’est à nouveau montrée vulnérable aux piratages informatiques avec la panne, entre dimanche et lundi derniers, des routeurs de Deutsche Telekom. Ce problème qui a affecté les installations du premier opérateur du pays a perturbé l’accès à internet d’environ un million de ménages.

Certaines sources de sécurité estiment que cette panne était causée par le logiciel Mirai, développé par le groupe de hackeurs russes Sofacy. A noter que le même logiciel avait été employé l’année dernière, pour pirater la Chambre basse du parlement allemand. A l’époque, les services de renseignement allemands avaient déjà accusé la Russie d’être à l’origine de cette cyber-attaque.

Certains spécialistes cités par la presse estiment que le dernier piratage de Deutsche Telekom vise à montrer la vulnérabilité d’une grande entreprise et à préparer une attaque de plus grande envergure, comme, par exemple, à l’occasion du sommet du G20 qui aura lieu en juin prochain à Hambourg.

Pour sa part, M. Kahl a évoqué des « indications selon lesquelles des cyber-attaques se produisent dans le seul but de créer de l’incertitude politique» dans le pays, ajoutant que plusieurs «éléments» jettent le soupçon sur la Russie d’être le lieu de provenance de ces piratages et cyber-attaques.

 

 

Tags: , , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 
*