Teva Pharmaceutical IndustriesDes médias israéliens ont annoncé hier jeudi le licenciement prochain par l’entreprise pharmaceutique israélienne Teva Pharmaceutical Industries, de plusieurs milliers d’employés.

Cette mesure doit permettre à l’entreprise de «réduire ses coûts», après une  année 2016 difficile, marquée notamment par des acquisitions coûteuses et des retards de lancements de nouveaux médicaments.

Le journal israélien Haaretz évoque 3.000 postes, au moment où  le site israélien d’informations financières Calcalist, parle de 6.000 postes à travers le monde que Teva Pharamceutical Industries pourrait supprimer dans le cadre d’un plan de restructuration pluriannuel.

Toujours selon Calcalist, Teva a déjà supprimé une centaine de postes en Israël. Premier fabricant mondial de médicaments génériques, Teva affiche de mauvaises performances en 2016. L’entreprise est sans directeur général permanent depuis février après la démission d’Erez Vigodman, victime de la défiance des investisseurs vis-à-vis du groupe. L’intérim à la direction de l’entreprise est assurée par Yitzhak Peterburg.

L’entreprise fait face cette année à la perte d’un important brevet, celui de la Copaxone, un médicament contre la sclérose en plaques qui lui a rapporté 4,2 milliards de dollars en 2016.

Les analystes s’attendent à une forte concurrence dès cette année de ses génériques. Depuis le début de l’année, l’action de Teva cotée à New York accuse une baisse de 10,04% après avoir déjà plongé de 44,8% en 2016.

Cotée à Tel Aviv et à New York, Teva est la plus grosse capitalisation boursière israélienne et emploie 57.000 personnes à travers le monde, dont environ 6.000 en Israël.

Spécialisée dans les médicaments génériques et dans les composants actifs, elle est l’une des 25 plus grandes entreprises pharmaceutiques au monde.

 

 

Tags: , , , , , , ,

 

Pas de commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Poster un commentaire



Les champs avec (*) sont obligatoires
 

*